Seance 3 : “Les révolutions de l’intime”, vendredi 30 novembre 2018, ENS de Lyon

Le séminaire “1800”, co-animé par Stéphanie GENAND et Jean-Marie ROULIN, reprend ses activités : la troisième séance se tiendra le vendredi 30 novembre 2018 à l’ENS de Lyon, de 14h à 18h
Elle sera consacrée aux “Révolutions de l’intime”, dans le prolongement du prochain numéro de la revue Orages lui aussi centré sur cette problématique, sous la co-direction de Paul KOMPANIETZ et Jean-Marie ROULIN.

La troisième séance du séminaire « 1800 », organisée par Paul Kompanietz et Jean-Marie Roulin, se tiendra à l’École Normale de Lyon vendredi 30 novembre 2018.

ENS – Lyon   | Bâtiment « Buisson » | SalleD8 003.

   15, parvis René Descartes – Lyon.

     Accès :  Métro B – arrêt « Debourg »

Cette troisième séance engagera une nouvelle enquête sur les « Révolutions de l’intime ». Entre ce qui a naguère été décrit comme « l’invention de l’intimité », lisible jusque dans les objets et les espaces de la vie quotidienne, et un xixe siècle marqué par le sacre de l’intime, le moment 1800 représente un tournant qui mérite à plus d’un titre d’être interrogé. De l’idéologie des Lumières, si soucieuse par ailleurs de publicité, au culte romantique de la subjectivité, la question de l’intime est d’autant plus cruciale qu’elle surgit au tournant des deux siècles sur la scène de l’Histoire, en un temps où l’hypervisibilité des intérêts publics a rendu problématique l’expression du moi le plus intérieur. De quel droit parler de soi ? Quelle peut être la place des expériences personnelles et des émois individuels en cette époque troublée ? Au cœur de la période, les événements de la Révolution puis de l’Empire ont-ils suscité un reflux de l’intime ou, comme l’attesterait plutôt la vitalité des mémoires, autobiographies et correspondances, ont-ils favorisé l’efflorescence d’une littérature de l’intime ? Comment la naissance d’un « sentiment intime » s’est-elle articulée à la notion d’espace public, qui est une autre « invention » du siècle des Lumières ? Et quel regard nouveau, si nous parlons des révolutions de l’intime, est alors posé sur les sexualités ?

Programme détaillé : 

14h.  Stéphanie Genand (Université de Rouen, CEREDI) et Jean-Marie Roulin (Université de Saint-Étienne, UMR IHRIM) : Introduction : L’intime en 1800

Anne VERJUS (Directrice de recherche au CNRS, UMR Triangle) : « Brûle ma lettre » : secrets et intimités épistolaires à l’époque de la Révolution.

Modérateur : Stéphane GOUGELMANN (Université de Saint-Étienne, UMR IHRIM)

15 h. 30 : Pause.

16 h.15 : Paul KOMPANIETZ (CPGE Dijon, UMR IHRIM) : “L’intime des révolutions dans L’Émigré”.

Apolline STREQUE (Université de Lyon Saint-Étienne, UMR IHRIM) : “Le discours de l’intime en voyage : le cas de Stendhal”.

18h.                 Fin.

« Brûle ma lettre » : secrets et intimités épistolaires à l’époque de la Révolution.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la lettre « intime » ne révèle généralement que très peu de l’intimité des protagonistes. Elle ne dit bien souvent que ce qui peut être entendu, assumé, affiché, ou exposé… (la lettre, hier comme aujourd’hui, est toujours susceptible d’être découverte) ; même dans les lettres à la famille ou à la personne aimée, pour certaines pensées délicates à exprimer on en reste aux allusions, on use de métaphores, on laisse deviner plus qu’on ne dit. Lorsqu’on ne peut pas faire autrement et que les circonstances obligent à véhiculer des « secrets » par écrit, on use d’initiales pour protéger l’honneur ou la pudeur de certains protagonistes ; ou l’on demande à l’autre qu’il ou elle brûle la lettre reçue. Certaines de ces lettres ont échappé au feu ; c’est le cas dans la correspondance d’une famille de bourgeois fortunés et instruits de l’époque révolutionnaire, les Morand de Jouffrey, qui nous servira de corpus. Ces lettres qu’il eût fallu brûler nous aident probablement à atteindre ce qui était considéré comme le plus intime à l’époque de la Révolution. Nous reviendrons sur ces notions (le secret est objectivable, est-ce le cas de l’intime ? l’un mène-t-il nécessairement à l’autre ?), mais nous verrons surtout que leur « intime » n’est pas forcément ce qu’aujourd’hui l’on considère comme tel.