Séance 2 : « C’est l’hôpital des fous » : imagination et déraison

 

La seconde séance du séminaire « 1800 » s’est tenue vendredi 6 avril 2018, à l’Université de Rouen. Organisée par Stéphanie Genand (CEREDI), en collaboration avec Jean-Marie Roulin (IHRIM), elle a rassemblé une vingtaine de chercheurs, de collègues, de doctorants ou d’étudiants venus découvrir le second volet scientifique du séminaire. Après le projet d’une Histoire littéraire des années 1780-1830, au centre de la séance du 19 janvier, c’est en effet l’horizon d’une Histoire de la folie à l’âge moderne qui fédère les communications et les réflexions de cette nouvelle journée.

Stéphanie Genand (Rouen, CEREDI) commence par exposer les fondements scientifiques du projet. La problématique de la déraison, brillamment analysée par Michel Foucault en 1972 dans son Histoire de la folie, mérite peut-être d’être envisagée aujourd’hui dans une nouvelle perspective : 1- dégagée du contexte politique qui obscurcit alors les débats, au point que la folie et l’asile y dissimulent parfois des enjeux idéologiques éloignant la spécificité de la question psychiatrique, 2- et surtout redécoupée, afin de mieux mettre en lumières la spécificité chronologique des années 1780-1820. L’ombre de Foucault obscurcit en effet ce dossier désormais et ne rend pas un juste hommage aux problématiques nouvelles qu’elle soulève, et dont le récent ouvrage de Laure Murat (L’Homme qui se prenait pour Napoléon, Paris, Gallimard, 2011) offre un stimulant exemple.

Jean-Marie Roulin (IHRIM, St Etienne) propose alors, pour introduire l’enjeu précis de la séance, une introduction qui présente l’évolution de la notion d’imagination sur la période qui nous intéresse. En France, où les Encyclopédistes notamment distinguent l’imagination active et passive, mettant l’accent sur la dimension créatrice de l’esprit[1], mais aussi en Europe. Des songes représentés par Goya, puis Géricault, aux rêveries fantastiques qui explorent les modalités d’accès à la connaissance qui excèdent nos cinq sens, la circulation d’un savoir non rationnel caractérise l’Europe, de Cabanis à Gœthe, entre 1780 et 1830.

Maxime Triquenaux (IHRIM, Lyon 2) : « La notion d’imaginaire social et ses usages possibles dans les études littéraires ». La communication de Maxime Triquenaux élargit les concepts de la séance : scientifiquement, puisqu’il s’agit de réfléchir à la notion d’imaginaire social, qui interroge peut-être sociologiquement l’imagination, mais aussi méthodologiquement puisqu’il réfléchit à l’utilité possible de cette notion d’imaginaire social pour les études littéraires. Il procède pour cela en trois temps : 1- Jalons théoriques : donner des éléments de conceptualisation et de définition d’une notion unaninement reconnue comme « floue » (P. Leblanc) et dont il présente les grandes étapes théoriques (Bourdieu, Castoriadis, Baczko). 2- Usages historiens de l’imaginaire social, notamment ds les travaux de Sarah Maza, 3- L’imaginaire social des littéraires : bien plus rare, hormis dans les travaux publiés en Belgique (Louvain) ou au Canada (Pierre Popovic), 4- Étude de cas : Le danger d’un pouvoir au féminin ou Marie-Antoinette dans l’imaginaire social. Que comprend-on au dossier Marie-Antoinette si l’on en reste à une approche rationnelle ? Quelques exemples et une conclusion qui fait l’éloge de l’interdisciplinarité.

Stéphanie Genand : « 1780-1830 : La fiction à l’âge clinique ». Il s’agit cette fois d’analyser plus précisément la problématique spécifique de la folie dans la séquence qui intéresse le séminaire. Tout commence par un corpus symptomatique qui dessine, de Diderot (1760) à Balzac, en passant par l’exemple paradigmatique de La Mère coupablede Beaumarchais, une série de fictions toutes traversées par la folie. Cette folie présente en outre des visages spécifiques et qui autorisent à la relier au moment 1800. Deux interrogations surgissent alors, une fois ce champ de travail émergé : spécificier le contexte, en revenant notamment sur l’intérêt clinique de ces années qui voient la folie changer de perception pour relever du « traitement moral » et problématiser ce domaine autrement que ne l’a fait Foucault. Plusieurs pistes de recherche sont alors proposées, qui seront développées l’an prochain puisque ce projet consacré à la folie fera l’objet d’une séance autonome, distincte du séminaire à partir de 2019.

Romain Enriquez (Nancy-Lorraine) : « Penser une histoire des fous et de la folie ». Encore faut-il poser les jalons problématiques d’un projet d’histoire de la folie. De quoi parle-t-on, d’histoire des fous ou de la folie ? Telle est la première question soulevée par R. Enriquez, dont la communication met en lumières les points d’achoppement et les ambiguïtés soulevées par le sujet même de la folie à l’époque qui nous intéresse. Deux pistes sont dès lors envisagées : la piste juridique et institutionnelle (peut-on parler, en 1789, d’une révolution dans l’histoire des fous et de la folie ?) qui réfléchit aux seuils chronologiques et aux moyens de spécifier le nouvel objet à questionner, et la piste littéraire : l’hypothèse d’une histoire littéraire de la folie n’est-elle pas plus pertinente ? S’y dessineraient en effet des évolutions significatives, comme si la fiction s’imposait comme une « contre-culture » d’autant plus intéressante qu’elle offre littéralement refuge aux fous. Des fous littéraires aux approches raisonnées de la folie sous la plume de Poe ou Balzac, un territoire prometteur, et non périodisable, apparaît.

Cyrielle Peschet (CEREDI, Rouen) : « Expériences de la folie dans la correspondance staëlienne ». La dernière contribution propose une plongée monographique dans l’œuvre de G. de Staël et plus précisément dans sa correspondance. Qu’est-ce qu’un style passionné et comble-t-il l’un des angles morts soulevés par Foucault, qui déplorait n’avoir pas d’histoire des discours fous ? Trois temps jalonnent cette analyse : 1– Staël et les passions : rarement œuvre aura autant revendiqué de donner la parole aux passions. Staël chercherait (Zulma, DIP, DLL) à donner la parole à la partie muette de l’individu ou du corps social. 2- Correspondance et folie : comment s’exprime la folie dans la correspondance et quels liens profonds unissent la déraison et l’écriture épistolaire chez Staël ? 3- Analyse du langage délirant : parlant de « rabacherie », Staël, qui emprunte ce terme à Rousseau, évoque un discours défectueux, mais vrai. La correspondance, comme le journal, serait donc peut-être un lieu d’accueil privilégié des discours fous (cf Constant).

Rendez-vous est pris pour la prochaine séance, le vendredi 30 novembre 2018. Le lieu reste à préciser mais elle sera consacrée, à l’initiative de Jean-Marie Roulin et de Paul Kompanietz, aux « Révolutions de l’intime ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1]Voir Dominique Kunz-Westerhoff, « L’imagination repensée par les Idéologues ou l’homme-machine entre Lumières et romantisme », Le Moment idéologique. Littérature et sciences de l’homme, sous la dir. de Yves Citton et Lise Dumasy, Lyon, ENS éd., 2013, p. 109-145.

 

Seconde séance, vendredi 6 avril 2018

La seconde séance du séminaire « 1800 » sera consacrée à la seconde problématique, l’histoire de la folie et les questions spécifiques qu’elle soulève entre 1780 et 1830.

Lieu : Université de Rouen, UFR des Lettres, Salle du conseil (Bât. A, 3e étage)

Programme : « C’est l’hôpital des fous » : imagination et déraison

13h30 : Ouverture

Imaginaire et imagination entre 1780 et 1830

Jean-Marie ROULIN (Université de St Etienne, IHRIM) : Introduction générale

Maxime TRIQUENAUX (Université de Lyon 2, UMR IHRIM) : « La notion d’imaginaire social et ses usages possibles dans les études littéraires ».

Jalons pour une Histoire de la folie à l’âge moderne

Stéphanie GENAND (Université de Rouen, CEREdI) : « 1780-1830 : la fiction à l’âge clinique »

Romain ENRIQUEZ (Université de Lorraine, Nancy) : « Penser une histoire des fous et de la folie »

Cyrielle PESCHET (Université de Rouen, CEREdI) : « Expériences de la folie dans la correspondance staëlienne ».

Flyer à télécharger ici : Flyer 6 avril 2018

Informations pratiques :

Venir à Rouen : train de 8h53, 10h16 ou 10h49 à la gare St Lazare.

Trajet : 1h10. Puis bus F2, direction « La Vatine, parc de Mont Saint Aignan ». Arrêt : Place Colbert.

Retour : un verre réunira l’ensemble des participants après la séance.

Train de 18h56, arrivée Paris 20h11.

 

Seconde séance, 6 avril 2018 : « C’est l’hôpital des fous ».

La seconde séance du séminaire « 1800 », co-organisé par Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin, se tiendra le vendredi 6 avril 2018 à l’Université de Rouen.

Consacrée au second volet scientifique de cette période, l’histoire de la folie, elle s’intitule « C’est l’hôpital des fous ».

Horaires : 13h30-17h

Lieu : Salle du conseil, bât. A (Campus de Mont Saint Aignan)

Programme détaillé à suivre.

Séance 1 : Questions de périodisation

Jean-Marie Roulin lance, vendredi 19 janvier 2018, le nouveau séminaire « 1800 ». L’assemblée réunit 26 chercheurs, dont un tiers internationaux (Italie, Corée, Angleterre…).

L’enjeu, comme il le rappelle, consiste à déjouer les écueils de la spécialisation séculaire. Elle a des vertus, mais aboutit aussi à des verrous ou des impasses. Ainsi l’entre-deux siècles ou séquence 1780-1830 sont-ils longtemps restés fragiles ou incertains dans l’histoire littéraire et si de nombreuses et récentes publications ont réévalué la place de ces années, elles n’en méritent pas moins de faire l’objet d’une mise en lumière spécifique. Le séminaire « 1800 » est créé avec cet objectif. Lieu de discussions, d’échanges et de réflexion, il se réunira deux fois par an pour permettre des présentations de thèses, des conférences invitées, des débats, tandis que des réunions plus spécifiques seront ensuite mises en place autour des deux ouvrages collectifs associés au séminaire : une histoire littéraire des années 1780-1830 (dir. Jean-Marie Roulin) et une histoire de la folie à l’âge moderne (dir. Stéphanie Genand). En attendant, la première séance se centre, en guise de préambule, sur les enjeux préparatoires d’une histoire littéraire, tandis que la séance du 6 avril prochain abordera elle aussi les défis et les enjeux d’une histoire de la folie à cette période.

Stéphanie Genand, « Le partage du temps » : la première contribution problématise la temporalité des années 1780-1830. Vouloir les inscrire dans une histoire littéraire ou même en faire l’histoire littéraire suppose en effet un double mouvement de linéarisation et de rationalisation. Les événements ou les faits littéraires seront chronologiquement ordonnés et logiquement expliqués. Or ces deux opérations contreviennent à la nature structurellement discontinue de cette séquence. R. Kosellek leur associe de fait la naissance des « temps modernes[1] », autrement dit la fragmentation du temps qui, dissociant le présent du passé et de l’avenir, autorise aussi, du fait de cette rupture, l’agencement et donc la hiérachisation des faits. Un paradoxe surgit alors : comment faire l’histoire littéraire d’une période explicitement présentée comme protohistorique ? Ne faut-il pas substituer au modèle de la linéarité les manifestations du discontinu ou du désordre temporel ?

Jean-Marie Roulin, « Prolégomènes à une histoire littéraire du moment 1800 » . La période 1780-1830 est doublement paradoxale pour l’histoire littéraire : alors qu’elle en est traditionnellement absente, elle la fonde (Bonald, De la littérature de Staël) et alors qu’elle reste une « période sans nom[2] », elle est l’une de celles qui pensent le plus sa spécificité. A ces singularités s’ajoutent plusieurs prismes occultants : la représentation des auteurs en figures entre-deux rives, pour reprendre l’image de Chateaubriand dans ses Mémoires d’outre-tombe, occulte peut-être les continuités plus profondes qui traversent l’histoire et dont atteste notamment la reprise de La Mère coupable en 1797 : Thermidor n’est peut-être pas la rupture que l’on croit. Ces nuances requièrent de penser l’histoire littéraire de manière décalée : en tenant compte du caractère excentré de la littérature et des salons à l’époque, en proposant de nouvelles coupes et en mobilisant des instruments qui n’appartiennent plus exclusivement à l’histoire, mais à l’anthropologie.

La discussion porte sur la place éventuelle des auteurs dans cette histoire littéraire : ne faut-il pas les relativiser ou les décentrer eux aussi ? Une histoire littéraire de cette période ne gagnerait-elle pas à explorer d’autres corpus, comme J. Lyon-Caen l’a proposé en s’intéressant aux lecteurs de Balzac ? (J. Lachat) Ou à envisager les « imaginaires », plus propices à accueillir l’irrationnel et le symbolique, s’écartant ainsi de la voie plus traditionnelle de l’histoire des idées (M. Triquenaux) ?

La parole est ensuite donnée aux doctorants. C’est l’un des principes du séminaire 1800 : permettre systématiquement aux jeunes chercheurs de présenter leurs objets ou leurs questions.

Lucien Derainne (IHRIM, Lyon-St Etienne) : « 1800-1815 : ‘l’époque la plus analytique de l’histoire moderne’. » Cette communication s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une thèse, sous la direction de J.M. Roulin, consacrée à l’observation entre 1780 et 1830. Cette séquence constitue en effet un angle-mort dans la critique suscitée par la notion, alors qu’elle est alors beaucoup utilisée et régulièrement définie. Pour retracer les questions de méthode soulevées par ses recherches, L. Derainne choisit quatre mots dont il va analyser les enjeux : continuité, œuvres, disciplines, analyse. Les questions de périodisation, mais aussi de corpus et de partage des savoirs sont ainsi abordées.

Jacob Lachat (UNIL, Lausanne) : « Chateaubriand et l’imagination historique au début du XIXe siècle ». Cette communication prolonge la réflexion menée dans le cadre d’une thèse bientôt achevée sous la direction de Dominique Kunz Westerhoff. Elle interroge la place spécifique de l’histoire dans l’œuvre de Chateaubriand (à quels registres et quels genres appartient-elle ?), œuvre spectaculairement découpée ou traversée elle-même par des césures temporelles exhibées par l’auteur. Chateaubriand aurait donc fabriqué l’historicisation de sa vie et de son œuvre, si bien qu’il faut chercher d’autres histoires que celles qu’il forge ou surligne. Deux pistes se dégagent : l’œuvre de Chateaubriand comme matrice de la conceptualisation contemporaine de l’histoire et l’histoire comme modèle de conception de l’œuvre.

 

[1] Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (1979), Paris, EHESS éditions, 2016.

[2] Voir Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie (dir.), « Une Période sans nom ». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire, Paris, Garnier, 2016.

Fictions de la Révolution (1789-1812), dir. Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin, PUR, 2017

L’ouvrage Fictions de la Révolution, issu de deux journées d’étude organisées par Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin à Montpellier et Saint-Etienne en 2016, vient de paraître :

Il réunit des contributions de Christelle Bahier-Porte, Xavier Bourdenet, Claudie Bernard, Vincent Bierce, Lucien Derainne, Aude Déruelle, Stéphanie Genand, Paul Kompanietz,  Jacob Lachat, Franck Laurent, Céline Léger, Sophie Lucet, Maurizio Melai, Guillaume Milet, Claude Millet, Paola Perazzolo, Paule Petitier, Olivier Ritz, Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin.

Il est disponible aux PUR ou sur le lien suivant : Fictions de la Révolution, site Fnac

1800 : la littérature des années 1780-1830

Le carnet de recherches « 1800 » s’intéresse à la littérature des années 1780-1830. La périodisation de l’histoire littéraire et les contraintes institutionnelles ont traditionnellement figé cette séquence dans un statut au mieux transitoire, au pire stérile. Les modifications décisives qui interviennent entre 1780 et 1830 en font pourtant un seuil capital de la vie littéraire et de l’histoire des idées. L’expérience de la Révolution, la négociation de sa mémoire et de son héritage, la refonte corollaire des modèles esthétiques introduisent des changements décisifs qui redessinent, en même temps que la politique et l’identité, l’imaginaire. Les années 1789-1830, ainsi reconsidérées, ne représentent plus une transition entre Lumières et romantisme, mais des années particulièrement dynamiques et fécondes.

Ce carnet accompagne et nourrit le séminaire « 1800 : la littérature des années 1780-1830 » qui se réunit deux fois par an, sous la direction de Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin.

Lieu d’échange et de réflexion, pour les enseignants-chercheurs comme pour les doctorants, il se veut un espace de réflexion, de débats et d’ouverture de perspectives nouvelles. Il fédère tous les spécialistes, en sciences humaines, du moment 1800.