Séance 1 : Questions de périodisation

Jean-Marie Roulin lance, vendredi 19 janvier 2018, le nouveau séminaire « 1800 ». L’assemblée réunit 26 chercheurs, dont un tiers internationaux (Italie, Corée, Angleterre…).

L’enjeu, comme il le rappelle, consiste à déjouer les écueils de la spécialisation séculaire. Elle a des vertus, mais aboutit aussi à des verrous ou des impasses. Ainsi l’entre-deux siècles ou séquence 1780-1830 sont-ils longtemps restés fragiles ou incertains dans l’histoire littéraire et si de nombreuses et récentes publications ont réévalué la place de ces années, elles n’en méritent pas moins de faire l’objet d’une mise en lumière spécifique. Le séminaire « 1800 » est créé avec cet objectif. Lieu de discussions, d’échanges et de réflexion, il se réunira deux fois par an pour permettre des présentations de thèses, des conférences invitées, des débats, tandis que des réunions plus spécifiques seront ensuite mises en place autour des deux ouvrages collectifs associés au séminaire : une histoire littéraire des années 1780-1830 (dir. Jean-Marie Roulin) et une histoire de la folie à l’âge moderne (dir. Stéphanie Genand). En attendant, la première séance se centre, en guise de préambule, sur les enjeux préparatoires d’une histoire littéraire, tandis que la séance du 6 avril prochain abordera elle aussi les défis et les enjeux d’une histoire de la folie à cette période.

Stéphanie Genand, « Le partage du temps » : la première contribution problématise la temporalité des années 1780-1830. Vouloir les inscrire dans une histoire littéraire ou même en faire l’histoire littéraire suppose en effet un double mouvement de linéarisation et de rationalisation. Les événements ou les faits littéraires seront chronologiquement ordonnés et logiquement expliqués. Or ces deux opérations contreviennent à la nature structurellement discontinue de cette séquence. R. Kosellek leur associe de fait la naissance des « temps modernes[1] », autrement dit la fragmentation du temps qui, dissociant le présent du passé et de l’avenir, autorise aussi, du fait de cette rupture, l’agencement et donc la hiérachisation des faits. Un paradoxe surgit alors : comment faire l’histoire littéraire d’une période explicitement présentée comme protohistorique ? Ne faut-il pas substituer au modèle de la linéarité les manifestations du discontinu ou du désordre temporel ?

Jean-Marie Roulin, « Prolégomènes à une histoire littéraire du moment 1800 » . La période 1780-1830 est doublement paradoxale pour l’histoire littéraire : alors qu’elle en est traditionnellement absente, elle la fonde (Bonald, De la littérature de Staël) et alors qu’elle reste une « période sans nom[2] », elle est l’une de celles qui pensent le plus sa spécificité. A ces singularités s’ajoutent plusieurs prismes occultants : la représentation des auteurs en figures entre-deux rives, pour reprendre l’image de Chateaubriand dans ses Mémoires d’outre-tombe, occulte peut-être les continuités plus profondes qui traversent l’histoire et dont atteste notamment la reprise de La Mère coupable en 1797 : Thermidor n’est peut-être pas la rupture que l’on croit. Ces nuances requièrent de penser l’histoire littéraire de manière décalée : en tenant compte du caractère excentré de la littérature et des salons à l’époque, en proposant de nouvelles coupes et en mobilisant des instruments qui n’appartiennent plus exclusivement à l’histoire, mais à l’anthropologie.

La discussion porte sur la place éventuelle des auteurs dans cette histoire littéraire : ne faut-il pas les relativiser ou les décentrer eux aussi ? Une histoire littéraire de cette période ne gagnerait-elle pas à explorer d’autres corpus, comme J. Lyon-Caen l’a proposé en s’intéressant aux lecteurs de Balzac ? (J. Lachat) Ou à envisager les « imaginaires », plus propices à accueillir l’irrationnel et le symbolique, s’écartant ainsi de la voie plus traditionnelle de l’histoire des idées (M. Triquenaux) ?

La parole est ensuite donnée aux doctorants. C’est l’un des principes du séminaire 1800 : permettre systématiquement aux jeunes chercheurs de présenter leurs objets ou leurs questions.

Lucien Derainne (IHRIM, Lyon-St Etienne) : « 1800-1815 : ‘l’époque la plus analytique de l’histoire moderne’. » Cette communication s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une thèse, sous la direction de J.M. Roulin, consacrée à l’observation entre 1780 et 1830. Cette séquence constitue en effet un angle-mort dans la critique suscitée par la notion, alors qu’elle est alors beaucoup utilisée et régulièrement définie. Pour retracer les questions de méthode soulevées par ses recherches, L. Derainne choisit quatre mots dont il va analyser les enjeux : continuité, œuvres, disciplines, analyse. Les questions de périodisation, mais aussi de corpus et de partage des savoirs sont ainsi abordées.

Jacob Lachat (UNIL, Lausanne) : « Chateaubriand et l’imagination historique au début du XIXe siècle ». Cette communication prolonge la réflexion menée dans le cadre d’une thèse bientôt achevée sous la direction de Dominique Kunz Westerhoff. Elle interroge la place spécifique de l’histoire dans l’œuvre de Chateaubriand (à quels registres et quels genres appartient-elle ?), œuvre spectaculairement découpée ou traversée elle-même par des césures temporelles exhibées par l’auteur. Chateaubriand aurait donc fabriqué l’historicisation de sa vie et de son œuvre, si bien qu’il faut chercher d’autres histoires que celles qu’il forge ou surligne. Deux pistes se dégagent : l’œuvre de Chateaubriand comme matrice de la conceptualisation contemporaine de l’histoire et l’histoire comme modèle de conception de l’œuvre.

 

[1] Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (1979), Paris, EHESS éditions, 2016.

[2] Voir Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie (dir.), « Une Période sans nom ». Les années 1780-1820 et la fabrique de l’histoire littéraire, Paris, Garnier, 2016.

Fictions de la Révolution (1789-1812), dir. Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin, PUR, 2017

L’ouvrage Fictions de la Révolution, issu de deux journées d’étude organisées par Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin à Montpellier et Saint-Etienne en 2016, vient de paraître :

Il réunit des contributions de Christelle Bahier-Porte, Xavier Bourdenet, Claudie Bernard, Vincent Bierce, Lucien Derainne, Aude Déruelle, Stéphanie Genand, Paul Kompanietz,  Jacob Lachat, Franck Laurent, Céline Léger, Sophie Lucet, Maurizio Melai, Guillaume Milet, Claude Millet, Paola Perazzolo, Paule Petitier, Olivier Ritz, Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin.

Il est disponible aux PUR ou sur le lien suivant : Fictions de la Révolution, site Fnac

1800 : la littérature des années 1780-1830

Le carnet de recherches “1800” s’intéresse à la littérature des années 1780-1830. La périodisation de l’histoire littéraire et les contraintes institutionnelles ont traditionnellement figé cette séquence dans un statut au mieux transitoire, au pire stérile. Les modifications décisives qui interviennent entre 1780 et 1830 en font pourtant un seuil capital de la vie littéraire et de l’histoire des idées. L’expérience de la Révolution, la négociation de sa mémoire et de son héritage, la refonte corollaire des modèles esthétiques introduisent des changements décisifs qui redessinent, en même temps que la politique et l’identité, l’imaginaire. Les années 1789-1830, ainsi reconsidérées, ne représentent plus une transition entre Lumières et romantisme, mais des années particulièrement dynamiques et fécondes.

Ce carnet accompagne et nourrit le séminaire “1800 : la littérature des années 1780-1830” qui se réunit deux fois par an, sous la direction de Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin.

Lieu d’échange et de réflexion, pour les enseignants-chercheurs comme pour les doctorants, il se veut un espace de réflexion, de débats et d’ouverture de perspectives nouvelles. Il fédère tous les spécialistes, en sciences humaines, du moment 1800.