Séance 5 : « Paroles plébéiennes au moment 1800 » : vendredi 29 novembre 2019

Flyer officiel séance 5 de « 1800 », vendredi 29 novembre 2019

Lieu :   Université de Bourgogne

2, Boulevard Gabriel

21000 Dijon

Maison des Sciences de l’Homme : Amphithéâtre

Accès : depuis la gare SNCF de Dijon, prendre ligne n°1 du tram, direction « Quetigny centre », et descendre à l’arrêt « Erasme ». 8 arrêts, 20 mn de trajet environ.

Présentation

La cinquième séance du séminaire « 1800 », co-animé par Stéphanie Genandet Jean-Marie Roulin, se tiendra le vendredi 29 novembre 2019, de 14h à 17h,à l’Université de Bourgogne (Dijon).

Intitulée « Paroles plébéiennes au moment 1800 »,elle sera l’occasion d’analyser les mutations esthétiques et sociologiques de la littérature des années 1780-1830 : comment l’émergence d’autres tribunes et de nouvelles éloquences contribue-t-elle à la refonte de l’énonciation, de la parole et du concept même de personnage ?

Deux registres seront plus précisément analysés dans cette perspective : le théâtre d’abord, grâce à Renaud Bret-Vitoz, professeur de littérature française du XVIIIesiècle à Sorbonne-Université et auteur de L’éveil du héros plébéien (1760-1794)(Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2019 : http://presses.univ-lyon2.fr/produit.php?id_produit=2039).

Et le pamphlet, auquel Laetitia Saintes, doctorante à l’Université de Louvain, vient de consacrer sa thèse soutenue le 28 août dernier sous la direction de Damien Zanone et intitulée « Une manière de dire ‘je’ : paroles pamphlétaires dans le premier XIXsiècle ».

Programme

14h : Accueil (Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin)

14h15-15h : Renaud Bret-Vitoz (Sorbonne Université) : « Héros et héroïnes populaires sur la scène ».

Dans les premières épopées et le théâtre grec les héros sont tous issus de l’aristocratie, et à l’âge classique les valeurs chevaleresques, la nostalgie d’un ordre féodal idéal, la hiérarchie sociale et les qualités martiales sont encore transposées littérairement. Mais à la suite de « la démolition du héros » qui s’engage avec le courant de pensée morale qui accompagne le jansénisme, héros et héroïnes sur la scène sont en quête d’identification : ils incarnent le mystère ou la méconnaissance d’identité, ou sont empreints de signes populaires opposés à l’héroïsme guerrier ou divin. Le héros individuel entre alors en crise tandis que des héros collectifs accomplissent la prouesse révolutionnaire.

15h-15h45 : Discussion et pause

15h45-16h30 : Laetitia Saintes (Université de Louvain), « Paroles pamphlétaires dans le premier XIXe siècle (1814-1848) ».

Suivant les pas de Germaine de Staël, Benjamin Constant et surtout Chateaubriand, précurseurs de la parole pamphlétaire libérale moderne, Paul-Louis Courier fait du pamphlet une forme de parole codifiée et stabilisée, avec sa rhétorique, ses images et ses protagonistes (le « je » pamphlétaire en particulier). Or la place centrale accordée à la figure de l’auteur pose la question de la légitimité de la pratique polémique, et notamment des stratégies mises en place par les pamphlétaires pour justifier leur entreprise de dénonciation – et, le cas échéant, leur rôle de porte-parole du peuple ; c’est à ces interrogations que l’on consacrera notre propos. 

16h30-17h : Discussion et conclusion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.