Séance 4 : “Repenser le moment 1800”

Lieu :   Maison des Sciences de l’Homme

14, Avenue Berthelot

69007 Lyon

Salle Elise Rivet, 4e étage

Présentation

La quatrième séance du séminaire « 1800 », co-animé par Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin, se tiendra le jeudi 14 mars de 14h à 17h30 à la Maison des Sciences de l’homme à Lyon. Elle prendra la forme d’une séquence invitée dans le cadre du séminaire de l’IHRIM, « Littératures et arts. XIXe-XXe siècles » organisé par Sarah Al Matary et Stéphane Zékian.

Cette présentation sera ainsi l’occasion d’approfondir les missions et les problématiques de « 1800 ». L’objectif est donc double pour cette journée du 14 mars : faire connaître la spécificité de ce programme scientifique consacré à la littérature des années 1780-1830 et poursuivre les investigations autour des deux axes principaux du séminaire : la reconfiguration des modèles de temporalités, afin de mieux cerner les enjeux de la période, et les mutations de la rationalité et des cadres de pensée dans l’entre-deux siècles.

Le séminaire « 1800 » reste également fidèle à ses principes en donnant la parole à toutes les générations de chercheurs, et notamment les doctorants, systématiquement associés à son programme.

La séance n°4 s’intitule « Repenser le moment 1800 ». Qu’est-ce qui singularise ce moment spécifique ? La question, qui a déjà fait l’objet de plusieurs ouvrages, sera réexaminée en creusant l’histoire clinique de la période, volet piloté par Stéphanie Genand, et l’histoire littéraire, volet piloté par Jean-Marie Roulin. C’est en effet l’une des hypothèses du séminaire, élaborée au cours de l’année 2018, que la disjonction ou la fracture constitueraient la signature des années 1780-1830. Un lien s’établirait ainsi entre la temporalité morcelée qui caractérise cet entre-deux siècles et l’émergence d’une conception clivée ou elle aussi fragmentée de la subjectivité.

Le flyer officiel de la séance 4 est disponible ici

Programme

14h : Accueil (Sarah Al Matary et Stéphane Zékian)

14h15-14h45 : Stéphanie Genand (Université de Rouen, CEREdI) : « Fractures cliniques, ou les ombres de la raison (1780-1820) ».

15h-15h30 : Margaux Morin (Doctorante CEREdI, Rouen) : « Comprendre l’autre dans l’œuvre staëlienne : une langue pour la folie ? ».

Pause

16h-16h30 : Jean-Marie Roulin (IHRIM, Saint-Étienne) : « 1784-1830, le moment délocalisé de la littérature française ».

16h45-17h15 : Morgane Avellaneda (Doctorante IHRIM, Saint-Étienne) : «Chateaubriand dans la presse au tournant du siècle : distance et proximité».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.