Compte rendu de la séance 3 : “Les Révolutions de l’intime”

La troisième séance du séminaire “1800”, co-animé par Stéphanie GENAND et Jean-Marie ROULIN, a réuni plus de 25 personnes dans la salle Buisson de l’ENS de Lyon le vendredi 30 novembre 2018, de 14h à 17h.

La séance, intitulée “Les Révolutions de l’intime”, avait un double objectif : explorer une thématique centrale de la littérature des années 1780-1830, qui fait l’objet du séminaire, et préparer le prochain numéro (19) de la revue Orages, co-dirigé par Paul KOMPANIETZ et Jean-Marie ROULIN et lui aussi intitulé “Les Révolutions de l’intime”. Sa parution est prévue à l’automne 2019.

L’après-midi commence par une double introduction. J.-M. ROULIN rappelle en préambule l’importance de l’intime pour l’histoire littéraire du moment 1800, mais aussi sa difficile définition. Etymologiquement, “intime” ne désigne alors que les proches et les liens d’extériorité entretenus par un personnage et il faut attendre 1816 pour qu’il revête le sens d’écrit ou de territoire personnel que nous lui connaissons aujourd’hui. De ce flottement sémantique découle la place ambivalente réservée à cet intime entre 1780 et 1830 : tantôt exhibé, tantôt caché, il se voit associé à une marge indigne ou problématique de la littérature. L’histoire littéraire en projet devra donc accorder une place majeure aux écrits intimes, tout en problématisant leur réception et leur interprétation.

Stéphanie GENAND revient ensuite sur la fonction stratégique de l’intime entre 1780 et 1830. Son étude met de fait en évidence une séquence temporelle spécifique, qu’il s’agisse d’assumer l’héritage de Rousseau – comment parler de soi après les Confessions, à la fois modèle et repoussoir – ou de repenser la place du moi, transformé en énigme ou en défi par les violences de l’histoire. L’intime se trouve dès lors contraint d’adopter paradoxalement des formes aussi clivées ou problématiques que les sujets dont il prétend rendre compte : de la subjectivité amputée par la disjonction temporelle à l’impossibilité anthropologique de connaître le moi post-révolutionnaire, l’intime surgit sous la forme d’une crise qui fragilise l’écriture, autant qu’elle en motive le renouvellement.

 

Anne VERJUS (CRNS, UMR Triangle) : “‘Brûle ma lettre’ : secrets et intimités épistolaires à l’époque de la Révolution”

Historienne spécialiste de la famille et de la citoyenneté à l’époque révolutionnaire, A. VERJUS commence par rappeler la double spécificité, pour elle, du moment 1800 écartelé entre une tendance égalitariste – entérinée par la promulgation du Code civil en 1804, qui abolit la distinction entre sexualité mariée et sexualité libre – et les résistances qui persistent dans les moeurs, toujours en retard sur les idées. Elle en prend pour exemple la correspondance qui a constitué son corpus d’étude : il s’agit de lettres privées rédigées par une famille de la bourgeoisie lyonnaise entre les deux siècles. L’examen de ces échanges épistolaires révèle en effet que la notion d’intime ne recouvre pas les mêmes enjeux en 1800 qu’à notre époque : la sexualité, par exemple, n’y constitue pas un tabou puisque le fils retrace en détails ses premiers émois, alors que la relation affective qui unit la mère à son fils, en revanche, suscite une pudeur de plus en plus marquée dans leurs relations.

 

Paul KOMPANIETZ (CPGE, UMR IHRIM) : “L’intime des révolutions dans L’Emigré de Sénac de Meilhan”

Auteur d’une thèse récemment soutenue sous la co-direction de Florence Lotterie et Jean-Marie Roulin, P. KOMPANIETZ propose de déplacer le prisme à partir duquel observer le tableau de la Révolution dans les fictions : et s’il fallait le chercher non dans sa réalité objective, mais dans les effets qu’il produit sur les âmes et les sociétés privées ? Le roman de Sénac de Meilhan, L’Emigré (1797), lui offre dès lors l’occasion de vérifier la validité de cette hypothèse. Les personnages y revendiquent en effet la primauté de leur vie personnelle et intime, au détriment de la politique, incompréhensible ou douloureuse. Le coeur et l’âme permettraient alors une expression oblique de l’histoire, voire la seule langue possible dans laquelle la formuler si près des événements. Mais cette utopie intérieure n’a qu’un temps et le récit de Sénac montre que les passions amoureuses, gagnées à leur tour par leur tragique, s’avèrent inséparables des douleurs du temps.

Apolline STREQUE (UMR IHRIM) : “Le discours de l’intime en voyage : le cas de Stendhal”

A. Streque, doctorante sous la direction de JM Roulin, conclut la séance en analysant la place de l’intime dans les récits de voyage de Stendhal : quels rôles particuliers y joue la “dear Italie” chère à l’auteur ? Comment la distance l’incite-t-il à écrire et à s’écrire ? Progressivement, le voyage favorise l’émergence d’un espace clos et d’un intime toujours tributaire des aléas matériels, mais qui envahit progressivement l’écriture viatique chez Stendhal, au point qu’il devient impossible de distinguer le pittoresque du personnel. Un lien privilégié s’établit même entre les souvenirs suscités par les ruines et les monuments et le travail de la mémoire auquel se livre le sujet. La question de la destination, du fragment, mais aussi de la langue ou du masque surgit ainsi sous la plume de Stendhal et transforme l’Italie en une “matrie” du moi, comme de l’écrivain, aussi étranger ou composite que la terre qu’il arpente.

 

L’après-midi se conclut par une discussion. Rendez-vous est pris pour la 4e séance de” 1800″, prévue le jeudi 14 mars 2019 à Lyon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.