Séance 2 : « C’est l’hôpital des fous » : imagination et déraison

 

La seconde séance du séminaire « 1800 » s’est tenue vendredi 6 avril 2018, à l’Université de Rouen. Organisée par Stéphanie Genand (CEREDI), en collaboration avec Jean-Marie Roulin (IHRIM), elle a rassemblé une vingtaine de chercheurs, de collègues, de doctorants ou d’étudiants venus découvrir le second volet scientifique du séminaire. Après le projet d’une Histoire littéraire des années 1780-1830, au centre de la séance du 19 janvier, c’est en effet l’horizon d’une Histoire de la folie à l’âge moderne qui fédère les communications et les réflexions de cette nouvelle journée.

Stéphanie Genand (Rouen, CEREDI) commence par exposer les fondements scientifiques du projet. La problématique de la déraison, brillamment analysée par Michel Foucault en 1972 dans son Histoire de la folie, mérite peut-être d’être envisagée aujourd’hui dans une nouvelle perspective : 1- dégagée du contexte politique qui obscurcit alors les débats, au point que la folie et l’asile y dissimulent parfois des enjeux idéologiques éloignant la spécificité de la question psychiatrique, 2- et surtout redécoupée, afin de mieux mettre en lumières la spécificité chronologique des années 1780-1820. L’ombre de Foucault obscurcit en effet ce dossier désormais et ne rend pas un juste hommage aux problématiques nouvelles qu’elle soulève, et dont le récent ouvrage de Laure Murat (L’Homme qui se prenait pour Napoléon, Paris, Gallimard, 2011) offre un stimulant exemple.

Jean-Marie Roulin (IHRIM, St Etienne) propose alors, pour introduire l’enjeu précis de la séance, une introduction qui présente l’évolution de la notion d’imagination sur la période qui nous intéresse. En France, où les Encyclopédistes notamment distinguent l’imagination active et passive, mettant l’accent sur la dimension créatrice de l’esprit[1], mais aussi en Europe. Des songes représentés par Goya, puis Géricault, aux rêveries fantastiques qui explorent les modalités d’accès à la connaissance qui excèdent nos cinq sens, la circulation d’un savoir non rationnel caractérise l’Europe, de Cabanis à Gœthe, entre 1780 et 1830.

Maxime Triquenaux (IHRIM, Lyon 2) : « La notion d’imaginaire social et ses usages possibles dans les études littéraires ». La communication de Maxime Triquenaux élargit les concepts de la séance : scientifiquement, puisqu’il s’agit de réfléchir à la notion d’imaginaire social, qui interroge peut-être sociologiquement l’imagination, mais aussi méthodologiquement puisqu’il réfléchit à l’utilité possible de cette notion d’imaginaire social pour les études littéraires. Il procède pour cela en trois temps : 1- Jalons théoriques : donner des éléments de conceptualisation et de définition d’une notion unaninement reconnue comme « floue » (P. Leblanc) et dont il présente les grandes étapes théoriques (Bourdieu, Castoriadis, Baczko). 2- Usages historiens de l’imaginaire social, notamment ds les travaux de Sarah Maza, 3- L’imaginaire social des littéraires : bien plus rare, hormis dans les travaux publiés en Belgique (Louvain) ou au Canada (Pierre Popovic), 4- Étude de cas : Le danger d’un pouvoir au féminin ou Marie-Antoinette dans l’imaginaire social. Que comprend-on au dossier Marie-Antoinette si l’on en reste à une approche rationnelle ? Quelques exemples et une conclusion qui fait l’éloge de l’interdisciplinarité.

Stéphanie Genand : « 1780-1830 : La fiction à l’âge clinique ». Il s’agit cette fois d’analyser plus précisément la problématique spécifique de la folie dans la séquence qui intéresse le séminaire. Tout commence par un corpus symptomatique qui dessine, de Diderot (1760) à Balzac, en passant par l’exemple paradigmatique de La Mère coupablede Beaumarchais, une série de fictions toutes traversées par la folie. Cette folie présente en outre des visages spécifiques et qui autorisent à la relier au moment 1800. Deux interrogations surgissent alors, une fois ce champ de travail émergé : spécificier le contexte, en revenant notamment sur l’intérêt clinique de ces années qui voient la folie changer de perception pour relever du « traitement moral » et problématiser ce domaine autrement que ne l’a fait Foucault. Plusieurs pistes de recherche sont alors proposées, qui seront développées l’an prochain puisque ce projet consacré à la folie fera l’objet d’une séance autonome, distincte du séminaire à partir de 2019.

Romain Enriquez (Nancy-Lorraine) : « Penser une histoire des fous et de la folie ». Encore faut-il poser les jalons problématiques d’un projet d’histoire de la folie. De quoi parle-t-on, d’histoire des fous ou de la folie ? Telle est la première question soulevée par R. Enriquez, dont la communication met en lumières les points d’achoppement et les ambiguïtés soulevées par le sujet même de la folie à l’époque qui nous intéresse. Deux pistes sont dès lors envisagées : la piste juridique et institutionnelle (peut-on parler, en 1789, d’une révolution dans l’histoire des fous et de la folie ?) qui réfléchit aux seuils chronologiques et aux moyens de spécifier le nouvel objet à questionner, et la piste littéraire : l’hypothèse d’une histoire littéraire de la folie n’est-elle pas plus pertinente ? S’y dessineraient en effet des évolutions significatives, comme si la fiction s’imposait comme une « contre-culture » d’autant plus intéressante qu’elle offre littéralement refuge aux fous. Des fous littéraires aux approches raisonnées de la folie sous la plume de Poe ou Balzac, un territoire prometteur, et non périodisable, apparaît.

Cyrielle Peschet (CEREDI, Rouen) : « Expériences de la folie dans la correspondance staëlienne ». La dernière contribution propose une plongée monographique dans l’œuvre de G. de Staël et plus précisément dans sa correspondance. Qu’est-ce qu’un style passionné et comble-t-il l’un des angles morts soulevés par Foucault, qui déplorait n’avoir pas d’histoire des discours fous ? Trois temps jalonnent cette analyse : 1– Staël et les passions : rarement œuvre aura autant revendiqué de donner la parole aux passions. Staël chercherait (Zulma, DIP, DLL) à donner la parole à la partie muette de l’individu ou du corps social. 2- Correspondance et folie : comment s’exprime la folie dans la correspondance et quels liens profonds unissent la déraison et l’écriture épistolaire chez Staël ? 3- Analyse du langage délirant : parlant de « rabacherie », Staël, qui emprunte ce terme à Rousseau, évoque un discours défectueux, mais vrai. La correspondance, comme le journal, serait donc peut-être un lieu d’accueil privilégié des discours fous (cf Constant).

Rendez-vous est pris pour la prochaine séance, le vendredi 30 novembre 2018. Le lieu reste à préciser mais elle sera consacrée, à l’initiative de Jean-Marie Roulin et de Paul Kompanietz, aux “Révolutions de l’intime”.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1]Voir Dominique Kunz-Westerhoff, « L’imagination repensée par les Idéologues ou l’homme-machine entre Lumières et romantisme », Le Moment idéologique. Littérature et sciences de l’homme, sous la dir. de Yves Citton et Lise Dumasy, Lyon, ENS éd., 2013, p. 109-145.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.